Vandenpeereboom – Arc-en-Ciel

Photo: Tim Van de Velde (Tim Van de Velde Photography)

Présentation du projet de logement :

Le projet Arc-en-Ciel est situé à Molenbeek entre la chaussée de Gand et la gare de l’Ouest dans un quartier en plein transformation. Il s’agit d’un des deux projets pilotes du CLTB. Il prend forme dans un bâtiment à l’architecture passive. Le groupe Arc-en-Ciel s’est constitué en 2012, et après 5 ans de préparations, les 32 familles ont emménagé dans leur maison en février 2020. Les ménages ont intensivement participé au projet depuis son démarrage, y compris au processus architectural. Ils ont été au cœur de la préparation du projet (gestion de la copropriété, réflexions autour de la consommation d’énergie, rédaction d’une charte qui décrit les valeurs que les différents ménages partagent, etc.), tout en visant à gérer eux-mêmes le bâtiment à l’avenir. Depuis 2018, le groupe organise une brocante mensuelle et s’engage ainsi dans la vie du quartier.

Info pratique :

Adresse : Rue Vandenpeereboom 22 et Rue des Etangs Noirs 121-133, 1080 Molenbeek St-Jean
Maîtrise d’ouvrage : Fonds du Logement
Bureau d’architecture : Asso. momentanée K&R (bureau d’architecture Stekke+fraas – Atelier 229)
Entreprise de construction : Thomas & Piron

Partenaires :

  • Maison de quartier Bonnevie, Convivence, CIRE (accompagnement des habitants et encadrement du processus participatif)
  • Fonds du Logement (crédit hypothécaire et maîtrise d’ouvrage)

Programme urbanistique :

  • 32 appartements
  • Un jardin collectif pour les habitants
  • Un espace communautaire (équipements de quartier)
  • Une salle polyvalente (avec une association)

Cadre du projet et financement :

Le projet « Arc-en-Ciel » est le second projet-pilote à avoir été lancé en 2013. En juillet, le projet s’est vu doter des subventions régionales nécessaires à sa réalisation. L’achat du terrain par le Fonds du Logement a eu lieu dans le cadre du contrat de quartier « Rive Ouest » (2007-2011). Sa revente au CLTB a eu lieu en 2015.

Les travaux de construction ont commencé en janvier 2018. Les habitants ont commencé à signer les actes de vente et à s’installer en février 2020. Par ailleurs, les ménages ont bénéficié de prêts hypothécaires accordés par le Fonds du Logement.

Avec ses 32 logements, un jardin communautaire et un espace associatif, le projet « Arc-en-Ciel » constitue en quelques sortes le fleuron de notre association.

Composition du groupe-projet et méthodologie participative :

C’est dès 2012 que le CLTB a rassemblé un premier groupe de futurs habitants au sein du groupe-projet « Arc-en-Ciel ». Le projet ayant fait l’objet d’une étude de cas préalable dans le cadre de l’étude régionale d’implémentation du CLTB à Bruxelles, la participation des habitants a pu être organisée très en amont. Quelques changements au sein des membres de ce groupe-projet ont néanmoins été effectués depuis (c’est la rançon d’une longue attente).

Les habitants ont ensuite contribué à la rédaction d’une série de recommandations qui ont été intégrées dans le cahier des charges de l’adjudication publique.

De même, trois groupes thématiques ont été organisés avec les associations partenaires du projet : « énergie » (assuré par la Maison de Quartier Bonnevie), « copropriété – vivre ensemble » (assuré par le CIRE), et « quartier » (assuré par le CLTB). Le but était que les habitants soient préparés au mieux à leur nouveau statut de propriétaire, et que chaque membre devienne un « spécialiste référent » sur l’une ou l’autre thématique au sein de la future copropriété.

Enfin, de nombreux moments festifs ont été également organisés tout au long du processus, afin de faciliter les rencontres et les échanges entre les membres du groupe-projet, mais également avec les riverains.

Concernant l’espace polyvalent à partager entre la copropriété et une association, il n’y a pas encore d’association confirmée. L’association Vie Féminine a manifesté son intérêt. Elle voit dans le projet non seulement un espace suffisamment grand et agréable pour ses activités, mais aussi des synergies intéressantes à mettre en place avec les familles et le quartier. Cependant, cela n’a pas été encore confirmé à l’heure actuelle (début 2020).

Photo : Noémie Emmanuel

Attribution du marché d’architectes :

En juillet 2014, le Fonds du Logement, maître d’ouvrage du projet, a attribué le marché, parmi les 7 soumissionnaires, à l’association momentanée K&R (bureau d’architecture Stekke+fraas – Atelier 229, et entreprise Thomas & Piron).

Les membres du groupe-projet et les partenaires ont cependant analysé avec attention les plans des différents soumissionnaires. Une petite délégation du groupe « Arc-en-Ciel » a d’ailleurs rencontré le Fonds du Logement pour présenter à titre informatif le résultat de leur analyse. « Maintenant, on sait lire les plans comme des architectes », a témoigné fièrement un des membres.

Actes de vente CLT aux ménages, emménagements et accompagnement de la copropriété :

Le CLTB a collaboré avec le Fonds du Logement pour finaliser les différents actes : actes de base, de vente des constructions (droit de superficie) et de crédit. Les actes définitifs de vente ont été signés en février 2020. Un moment marquant pour les résidents, qui sont devenus formellement propriétaires de leur logement !

Depuis l’emménagement, le CLTB continuera de soutenir, pendant un certain temps, la copropriété afin de favoriser une bonne autonomie et de les aider à gérer leur bien de la manière la plus saine possible. Cela inclut les aspects liés à la cohabitation et à la gestion générale de la copropriété.

Les familles d’Arc-en-Ciel impliquées dans leur quartier !

Depuis 2018, le groupe organise le Festival Bazar, un marché aux puces, tous les premiers dimanches du mois dans leur rue. L’idée de départ était de créer des liens avec leurs voisin·es. Après l’emménagement, le Festival Bazar s’est poursuivi et constitue un point d’interaction et d’échange dynamique dans et avec le quartier.

Dans la philosophie du modèle CLT, la notion d’habitat ne se limite pas au logement et s’inscrit dans un cadre de vie plus large. Le lien social et l’ancrage territorial des familles était donc une aspecte important dans le projet.

De même, le film Terrain à ne pas vendre, réalisé par le Gsara, retrace la dynamique collective du début de projet.