« Mon engagement au CLTB m’a aidée à donner une nouvelle orientation à ma vie »

Arlette de Jette

J’ai de la chance. Mon mari et moi habitons un bel appartement neuf que je loue à la commune de Jette. Notre logement est spacieux, à faible consommation d’énergie et fait partie d’un projet intergénérationnel ainsi que des appartements de transit du CPAS. Le prix de location est très raisonnable.
Plus que le logement même, j’aime la commune dans laquelle j’habite. Je ne peux exprimer précisément pourquoi je l’adore. C’est un village dans la ville, un village dont l’atmosphère chaleureuse est quasiment restée inchangée depuis ma jeunesse, même si sa population a beaucoup évolué. Il y fait calme, mais il y règne une atmosphère urbaine avec un bel équilibre entre les différents groupes de population. J’adore vraiment Jette !

Je suis très contente là où j’habite, mais je me suis quand même inscrite au CLTB. Une amie m’avait dit que cela me conviendrait vraiment. Dans mon entourage, tout le monde avait déjà acheté une maison, et moi je restais dans un logement en location. En fait, je n’avais pas envie d’acheter. Je travaillais à mi-temps, j’avais beaucoup d’autres activités et me sentais bien. Je ne trouvais pas normal de m’endetter lourdement pour acheter une maison et de me sentir obligée de travailler plus, rien que pour rembourser mon emprunt. Pas question de changer ma vie pour devenir propriétaire. »

C’est tout autre chose

« Mais ce n’est pas du tout ça », me dit cette amie. « C’est abordable, et c’est un projet solidaire qui te convient parfaitement. » Je suis allée à la réunion d’information du CLTB et j’ai été d’emblée convaincue. Le principe du CLTB m’a séduite et j’ai adoré l’atmosphère de la réunion. Je suis de nature sociable et cela résonnait bien avec ce que je suis et ce que je recherche. Et de plus, cela me permettrait d’acheter un logement abordable. Au début, mon mari n’était pas persuadé, mais il me voyait rentrer tellement enthousiaste après chaque réunion. Je m’épanouissais. Plus je lui en parlais, plus il s’y intéressait. Je suis aussi entrée au conseil d’administration. J’avais reçu une lettre dans laquelle le CLTB faisait un appel à candidats pour son conseil. Je les ai appelés en disant que j’étais intéressée, mais que j’ignorais tout du secteur de la construction. Ils m’ont répondu que ce n’était pas un souci.

Je représente les membres candidats propriétaires. Il m’arrive de me sentir un peu mal à l’aise, parce que je n’ai pas beaucoup de contact avec les autres membres. Dans ce cas, comment bien les représenter ? Tout ce que je sais, c’est que beaucoup de familles sont impatientes et voudraient qu’il y ait plus rapidement plus de logements. Je ne dis pas encore grand-chose au conseil d’administration. Mais j’écoute et j’apprends beaucoup. Je suis aussi membre d’un groupe de travail qui met les membres du CLTB davantage en réseau et mon rôle y est beaucoup plus actif.

Un cœur pour les personnes âgées

Mon engagement au CLTB m’a aidée à faire des choix essentiels pour changer de cap. Je travaille comme aide-senior dans une maison de retraite. J’adore travailler avec les personnes âgées. Mais parfois, le travail me pèse, surtout parce que je vois que certains seniors n’y sont pas heureux. Lorsque le CLTB a démarré un projet dans lequel les membres se viendraient en aide mutuellement, j’ai proposé de faire quelque chose avec les personnes âgées. J’ai donc organisé des cours de gymnastique au centre de jour Miro à Forest. Un groupe de cinq à six personnes motivées y participent chaque semaine. Et ce projet m’a amenée à démarrer une ASBL pour aider les personnes âgées qui souhaitent rester chez elles plus longtemps. Si je parviens à aider quelques personnes âgées en ce sens, je serai très heureuse. 
Entre temps, j’ai repris ma formation d’expert de diamants. La semaine passée, j’ai obtenu mon diplôme. J’espère décrocher un nouvel emploi qui me permettra de consacrer plus de temps à mon ASBL.

Grâce au CLTB, j’ai été en contact avec beaucoup de personnes engagées dans des projets passionnants. C’est cette atmosphère qui m’a fait dire : « Arlette, c’est maintenant ou jamais.  Il est temps de quitter ta routine, le système qui te piège ! »

J’ignore pour l’instant si je voudrai acheter lorsque le CLTB me proposera un logement, parce que jusqu’à présent il n’y a pas encore de projets à Jette et ce serait dur pour moi de déménager dans une autre commune. Toutefois, la personne qui m’a dit que le CLTB me plairait a eu entièrement raison.

Email This Page