D’une rencontre dans la rue à une nouvelle maison pour le CLTB 

A Molenbeek, une opération inédite a permis l’augmentation du parc CLTB d’un logement. Deux familles se sont échangés leurs logements. Une idée, un long parcours, une signature. C’est sur une proposition originale que débute une nouvelle aventure pour deux familles. C’est la fin d’une parenthèse et le prolongement d’une amitié qui s’annonce. Ismaël, Yasmina, Mieke et Lieven ont enfin signé leur nouvel acte de propriété non sans une pointe d’émotion et un pincement au cœur. Ce projet a naturellement conduit Mieke et Lieven à faire don de leur sol au CLTB.

Une idée de passage

Mieke et Lieven habitent à deux pas de là dans une maison construite peu avant l’an 2000. Eux aussi aiment leur quartier !

Yasmina et Mieke étaient rentrés en contact par le biais d’une autre personne avant de se rapprocher sur leur lieu de travail. Une discussion banale, sur un bout de trottoir, a tout déclenché. Yasmina se souvient avoir dit qu’elle trouvait son appartement trop petit, tandis que Mieke lui expliquait ses difficultés à marcher et à monter les escaliers de sa maison, elles ont alors l’idée un peu farfelue d’échanger leurs logements. En rentrant chez elle, Mieke en parle à son mari qui lui dit que c’est une excellente idée. Quelques temps plus tard, Lieven contacte le CLTB pour proposer ce concept et savoir ce qu’il était possible d’en faire.

De l’idée à la réalisation

Il aura fallu tâtonner, échanger, discuter, étudier de nombreux volets pour que cette idée aboutisse et prenne forme. Les deux familles sont d’accord : cela n’aurait pas pu se faire sans le CLTB. « L’accompagnement était très fort » explique Lieven. C’est la première fois que le CLTB s’implique dans un projet tel que celui-ci. Selon les deux familles, cela a renforcé les liens ainsi que la dynamique du CLTB dont ils partagent la philosophie. De plus, ce projet tripartite et novateur peut conduire d’autres personnes à se pencher vers cette idée plus sérieusement.

Prendre conscience et repenser le logement

Selon Mieke, « Ce n’est pas normal que ça appartienne à quelqu’un pour spéculer après. Qui peut acheter ? C’est dix fois plus cher qu’avant ». Le logement pour toute une vie, oui, mais nous évoluons tous. Seul, en couple, des jeunes enfants qui grandissent et s’en vont, d’autres qui reviennent… Il n’y a plus de configuration familiale fixe aujourd’hui. Il en est de même pour la santé, si nous sommes bien portant aujourd’hui, qu’en sera-t-il demain ? Avec cet échange de propriété, les liens se resserrent, il est possible de réfléchir ensemble et de trouver des alternatives qui correspondent à tout le monde. Plus personne aujourd’hui, hormis les personnes très argentées, ne peut suivre la spéculation. Avoir deux salaires et deux emplois fixes ne suffisent plus. Yasmina renchérit « De ce fait, les pouvoirs politiques doivent être derrière le CLTB, les médias aussi, c’est une manière d’informer. Beaucoup de personnes se posent des questions. ». Les deux familles restent sur Molenbeek, donc tout le monde peut garder ses petites habitudes de vie sans problème. Ceci dit, c’est un projet important, à travailler sur le long terme, qui nécessite du temps et de l’énergie. Le CLT peut vous aider si vous êtes intéressé pour suivre le même chemin que la famille d’Ismaël et Yasmina ainsi que Mieke et Lieven.

Email This Page