“Je ne peux pas garder ça pour moi toute seule”

 

Entretien avec un membre de CLTB, Bamba Massandjé

Mère de trois enfants, Bamba Massandjé travaille dans  une crèche, comme assistante en logistique. Depuis cinq ans, elle est membre du CLTB. Elle était déjà très active dans l’association, lorsqu’ en 2018, elle a reçu une bonne nouvelle : sa famille était prioritaire pour acheter un appartement dans le projet « Arc-en-Ciel » à Molenbeek. C’est un projet de 32 logements en cours de construction. Les logements devraient être prêts en 2019. Massandjé se prépare à un grand changement dans sa vie.

Comment as-tu rejoint le groupe « Arc-en-Ciel » ?
J’étais membre d’un groupe d’épargne solidaire à Anderlecht. Dans ce groupe, on épargnait pour pouvoir payer l’acompte pour l’achat d’une maison sur le marché privé. Malheureusement, à cause des prix des logements, je ne suis pas parvenue à acheter. C’est Manu de l’association Samenlevingsopbouw, qui accompagnait ce groupe d’épargne, qui m’a conseillé de m’inscrire au CLTB. Depuis mon inscription, j’avais déjà posé deux fois ma candidature pour d’autres projets, mais je n’étais pas encore prioritaire, les logements ont été attribués à des gens inscrites avant moi. Heureusement, la troisième foisétait la bonne ! C’est comme ça que je suis arrivée dans le groupe « Arc-en-Ciel ». On dit Dieu merci, je me suis retrouvée dans le groupe au bon moment. Le projet était déjà presque concret.

Tu as rejoint un groupe qui existait déjà depuis quelques années. Est-ce que tu te rappelles de ta première rencontre avec le groupe ? Quelle impression ça a fait de  faire connaissance avectes futurs voisins ?

Oui, je m’en rappelle très bien… Un sentiment de joie et de peur à la fois ! J’ai appris qu’on serait une trentaine de familles. Ça m’a fait un peu peur… Mais j’étais aussi contente, de la façon dont ça a été présenté, surtout de pouvoir faire connaissance avec les voisins avant d’habiter dans le projet, ça m’a rassurée. J’ai dit bonjour à tout le groupe, tout le monde m’a dit bonjour. Il n’y avait pas de barrière. C’était sympa. « La deuxième Massandjé !», ils ont dit, parce qu’il y avait déjà quelqu’un avec le même nom dans le groupe.

Avant d’arriver dans le projet « Arc en ciel », tu connaissais déjà le CLTB. Qu’est-ce que tu avais déjà fait avec l’association ?

J’avais suivi une  formation sur l’énergie, sur comment économiser de l’énergie dans son logement. J’ai aussi appris à rouler à  vélo avec le CLTB. On a participé à une réunion, où on a introduit l’idée de commencer un groupe vélo au CLTB. J’ai dit oui. On était une dizaine à vouloir apprendre. Après deux, trois réunions, on a organisé des cours. Avec mes filles, j’ai suivi les cours, et aujourd’hui je sais bien rouler à vélo. Je me suis surprise moi-même. Maintenant, je peux aller au travail avec mon vélo ! C’était le but. Je suis très contente.

Qu’est-ce que tu apprécies au CLTB ?

Ce que je trouve bien, c’est l’aspect social. C’est ce qui m’a le plus attiré. Tous ceux que j’ai croisés au CLTB sont des gens accueillants, agréables. Et puis, le projet en lui-même est très bon. Si aujourd’hui, on veut acheter un logement, il faut avoir une bonne épargne, minimum 10 à 15 mille euros. Pas tout le monde a l’occasion d’économiser une somme pareille.
Et puis, il y a pas mal de choses qui se passent au CLTB. Il n’y a pas que le vélo. Avec le groupe « Arc-en-Ciel », on organise une brocante tous les mois. On m’a proposé de participer à l’organisation, et je me suis inscrite.
On apprend pas mal de choses. Sur la vie quotidienne, l’humanisme tout ça… J’espère que ça continue !

Est-ce qu’il y a des choses que tu trouves difficiles ?

Depuis que je suis dans le groupe, on a des réunions presque tous les mois. Je trouve qu’on devrait mieux expliquer pourquoi les réunions sont importantes. J’ai l’impression que certains membres ne comprennent pas toujours pourquoi ils sont là. Chacun a sa manière de comprendre les choses. Pour le moment, j’attends de me faire ma propre opinion. Pour l’instant c’est assez positif. Je suis en assistance, c’est le début.

Est-ce que tu conseillerais à quelqu’un de s’inscrire au CLTB ?
Certainement, et je l’ai déjà fait ! J’ai déjà passé le message à tout mon entourage : « Si vous voulez devenir plus tard propriétaire et que vous ne savez pas comment acheter, je vous donne les coordonnées, inscrivez-vous au CLTB ! ». J’ai conseillé le CLTB à une sœur qui a même rejoint le groupe vélo avec moi. Et j’ai conseillé le CLTB à pas mal de personnes: amis, famille, connaissances, collègues, j’en parle autour de moi. Je me dis, bon, je ne peux pas garder ça pour moi toute seule.

Un conseil que tu donnerais au monde politique ?
Qu’ils viennent voir ce que le CLTB est capable de faire ! Après, ils pourront se faire leur propre opinion. Qu’ils soient là quand les familles sont là. Toutes les familles, parce que chacun est venu de sa propre façon, tout le monde a ses problèmes. J’espère qu’ils vont le faire parce que ça donne beaucoup d’espoir à beaucoup de familles. S’ils veulent des preuves, qu’ils viennent voir. Qu’ils écoutent. C’est du vécu, tout le chemin qu’on a parcouru.

Email This Page